Dans notre lutte pour un système éducatif français rénové, dont la rénovation doit supporter à la fois Dignité et Autorité renforcées pour les professeurs, Savoirs Fondamentaux et Valeurs Citoyennes transmis aux Enfants de la République, Informations de qualité et objectives aux Parents d'élèves, NOTRE DEMARCHE S'INSCRIT ET RESPECTERA toujours, coûte que coûte :

 

- La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (article XI)  : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi. »

 

- La Constitution de la France (article 34) : « La loi fixe les règles concernant les droits civiques et les garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques ; la liberté, le pluralisme et l’indépendance des médias. »

 

- La Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (Munich, 1971), à savoir que NOUS :

 

• PRENONS la responsabilité de toutes nos productions professionnelles, mêmes anonymes ;

• RESPECTONS la dignité des personnes et la présomption d’innocence ;

• TENONS l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de notre action journalistique ; NOUS tenons l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des documents, la déformation des faits, le détournement d’images, le mensonge, la manipulation, la censure et l’autocensure, la non vérification des faits, pour les plus graves dérives professionnelles ;

• EXERCONS la plus grande vigilance avant de diffuser des informations d’où qu’elles viennent ;

• DISPOSONS d’un droit de suite, qui est aussi un devoir, sur les informations qu’il diffuse et fait en sorte de rectifier rapidement toute information diffusée qui se révèlerait inexacte ;

• N’ACCEPTONS en matière de déontologie et d’honneur professionnel que la juridiction de nos pairs ; répondons devant la justice des délits prévus par la loi ;

• DEFENDONS la liberté d’expression, d’opinion, de l’information, du commentaire et de la critique ;

• PROSCRIVONS tout moyen déloyal et vénal pour obtenir une information. Dans le cas où sa sécurité, celle de nos sources ou la gravité des faits l’obligent à taire notre qualité de journaliste, prévenons votre hiérarchie et en donnons dès que possible explication au public ;

• N’USONS pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;

• REFUSONS et COMBATTONS, comme contraire à notre éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication ;

• CITONS nos confrères dont nous utilisons le travail, ne commettons aucun plagiat ;

• Ne SOLLICITONS pas la place d’un confrère en offrant de travailler à des conditions inférieures ;

• GARDONS le secret professionnel et protégeons les sources de nos informations ;

• Ne CONFONDONS pas notre rôle avec celui du policier ou du juge.

 


Fondamentaux, vite !

Lire, écrire, compter, calculer. Par une "casse" de la méthode syllabique à l'école, nos jeunes ne savent plus raisonner ou répondre à des consignes en maths, histoire, etc, CAR ils ne savent plus lire correctement.

Aidons nos jeunes !

20% d'illettrés en 6 ème

Lire, écrire, compter, calculer. Les fondamentaux ne sont plus acquis. La Réforme 2016 veut partir des mots oraux (phonèmes) pour...changer. On marche sur la tête ! La méthode syllabique est toujours sanctionnée par les Inspecteurs. On laisse étrangement nos jeunes livrés à eux-mêmes ou aux orthophonistes et cours privés.

Mobiliser l'entreprise

La troisième révolution industrielle est là ! L'école doit faire appel aux forces civiles compétentes pour qu'elles forment les profs ou bien les aident ou remplacent dans certaines matières. Il faut choisir des pédagogues connaissant l'entreprise.

Quitter l'école avant d'enseigner

L'ensemble des professeurs lauréats des concours ont passé leur vie à l'école sans jamais en sortir. Pendant ce temps-là, bien des entreprises affirment que CV, lettres de motivation, orientations sont mal adaptés à leurs besoins du moment et à venir. 97% de chômeurs après une filière professionnelle. STOP !

Dictature pédagogiste

La "guerre civile" est dans l'école. L'autorité n'est plus, nulle part : de la salle de classe jusqu'aux couloirs, halls et cours de récréation. Les savoirs à transmettre sont triés en haut-lieu par des pédagogistes n'ayant jamais enseigné, qui nivellent par le bas.

Rue de Grenelle

Panorama des "ennemis" de nos jeunes, dessous :

LES FOSSOYEURS DE L'ECOLE, démasqués, par Jean-Paul BRIGHELLI

 

Ces décideurs restent pendant que les gouvernements passent, influençant depuis la loi-Jospin-1989, les politiques, profs et élèves, et interdisant aux parents d'entrer dans les écoles.

Liste des sites partenaires d'idées, de combat :

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Aucune entrée disponible
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© www.nouvellecole.fr